DILUN ISTOURIC

 

« Oublier le passé, c’est se condamner à le revivre »

 

THIERRY JAN

ÉDITORIAL DU LUNDI 14 MAI 2012

 

 

 

 

 

Isidore Grao

Le, 10 mai 2012

www.lavoixdecartier.com

 

Note : La rédaction soucieuse des valeurs de la démocratie et de la liberté d’expression a autorisé la diffusion de ce présent article.

 

 

Que dire après ces élections présidentielles où on a surtout assisté à une coalition contre un homme. Tous les coups étaient portés contre le président sortant, un leitmotiv imbécile faisait dire : « Tout sauf Sarkozy. » Les Français ont fait un choix, celui de la facilité, ils ont cédé aux sirènes et n’ont pas su comme Ulysse, y résister. L’avenir nous montrera les conséquences de ce choix funeste pour la France. Nous avons cité Ulysse et c’est justement dans des îles que cette semaine, nous allons nous retrouver.

 

T Jan.

 

LES ILES D’OR

 

Elles sont quatre au large de la cité des palmiers : Porquerolles,  Port Cros, Le Levant et  Bagaud qui n’est pas accessible. Leur formation date de la fin des glaciations, soit d’environ 20 000 ans. Après les Grecs et les Romains, c’est l’Abbaye de Lérins qui s’y installe. François 1° en fera un marquisat et une terre d’asile. L’archipel devient alors un repère de brigands, occupé par les Turcs, puis les Sarrasins. Bonaparte en organisa la défense.

 

Porquerolles

 

Elle est faite de collines boisées, séparées par des plaines cultivées qui s’étirent de leurs couleurs variées vers les plages et la mer. Au village de la Galère, on trouvera  des traces d’habitat humain qui remontent à l’antiquité. Des fouilles ont mis à jour des vestiges Gréco-romaines. Au V° siècle, les moine de l’abbaye de Lérins développent la culture et installent un monastère. Ils seront harcelés  durant cinq siècles par les Barbaresques. Les habitants et les religieux, lassés, abandonnent les lieux Le roi François 1° réhabilite le fort sainte Agathe, lequel protège la rade. De Richelieu au XVII° jusqu’à la troisième république à la fin du XIX° les défenses seront renforcées. On peut  observer l’évolution de l’architecture militaire, allant de la forteresse au fortin en béton armé. Á la même époque l’île devient un centre de convalescence pour les armées. Un phare dont le faisceau porte jusqu’à 70 kilomètres en mer ainsi qu’un sémaphore dominent l’île. En 1912, François Joseph Fournier, achète Porquerolles et y développe la vigne, tout en aménageant des sentiers.  Avec la guerre, l’archipel est occupé par les Allemands. Depuis 1971, Porquerolles est en grande partie, propriété de l’Etat. Elle est ainsi protégée de l’urbanisation. Les héritiers de Fournier, exploitent toujours leur domaine viticole. La faune et la flore sont méditerranéennes. Le visiteur y admirera plusieurs espèces. Le milieu marin, d’ailleurs protégé, est lui aussi très riche et une mer transparente vous dévoilera ses trésors.

 

 

Port Cros

 

Avec ses 690 Ha, elle est  ramassée sur elle-même, elle semble un point entre deux traits ! Port Cros eut surtout une vocation défensive avec pas moins de cinq forts. Le plus ancien, le fort du moulin fut érigé sous François 1°. Seuls deux sont accessibles au public : l’Eminence et l’Estissac, les autres : Port Man, la Vigie et le Moulin, ne se visitent pas. Depuis 1963, l’île est un parc naturel. Port Cros est un paradis, rien ne vient perturber l’harmonie symphonique de la nature. Le plaisir du visiteur sera comblé par des plages de sable blond ombragées par les pins maritimes. Les amoureux de balades jouiront des trente kilomètres de sentiers bien balisés. L’île est la plus vallonnée de l’archipel. Elle offre son cadre époustouflant, celui d’une nature vierge et certains n’ont pas craint d’évoquer Robinson en parlant de Port Cros. Pour finir de vous séduire, Port Cros vous dira qu’elle est l’île des piétons

 

 

Le Levant

 

Comme son nom l’indique, elle est la plus orientale et donc la plus éloignée. Très fine et étirée, avec ses 8 kilomètres de long pour seulement un de large, elle n’est qu’en partie accessible au public. En 1855 Henri de Pourtalès achète. Le Levant, afin d’y créer un bagne d’enfant. Napoléon III soucieux de débarrasser les villes des petits mendiants, enfants abandonnés ou orphelins, autorise les colonies pénitentiaires. Ce bagne fonctionnera 27 ans et 10% des malheureux pensionnaires mourront des mauvais traitements. En 1931 les docteurs Gaston et André Durville imaginent Héliopolis pour les amateurs de bains sans maillot. Le phare du Titan surveille l’extrémité est de l’île. Le Levant est aussi une base militaire, un centre d’essais  pour les missiles depuis 1950. Depuis la catastrophe de la Caravelle Ajaccio Nice en septembre 1968, une polémique alimente périodiquement les chroniques de la presse à sensation, sur une relation entre ce drame aérien et des essais qui auraient eu lieux en même temps. Nul n’a aujourd’hui la réponse. A la fin du premier empire, le fort Napoléon est érigé pour la défense de l’archipel contre tout assaut venant des Etats de Savoie.

 

Bagaud

 

Située entre Porquerolles et Port Cros, elle est la plus petite avec ses 45 Ha, elle est une partie du parc national de Port Cros, son accès est interdit.

 

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 90

 

T Jan

 

 

Renseignements : thierry_j06@yahoo.fr

 

Deuxième année de parution