UN COUP DE SEMONCE POLITIQUE SOUS LE CIEL DE LA FRANCE

 

Description: iLovePeres:Desktop:2011-03-09 Article UN COUP DE SEMONCE POLITIQUE SOUS LE CIEL DE LA FRANCE Nicolas Sarkozy photo du site Enjoy France.jpg  Description: iLovePeres:Desktop:2011-03-09 Article UN COUP DE SEMONCE POLITIQUE SOUS LE CIEL DE LA FRANCE photo du site Galliawatch.jpg  Description: iLovePeres:Desktop:2011-03-09 Article UN COUP DE SEMONCE POLITIQUE SOUS LE CIEL DE LA FRANCE Martine Aubry photo du site blogoramablog blog.jpg

Nicolas Sarkozy      Marine Le Pen     Martine Aubry

 (Photo du site Enjoy France)       (Photo du site Galliawatch)   (Photo du site Blogoramablog)

Isidore Grao

Le 9 mars 2011

www.lavoixdecartier.com

 

 

 

 

Dimanche 6 mars 2011, tout semblait calme en France. En règle générale les dimanches sont tous pareils, il ne passe jamais rien de très important. On réserve les surprises concoctées le dimanche pour le lundi.

Mais voilà le dimanche 6 mars 2011, les choses changèrent. Dès 8 heures, les radios nous faisaient parts des résultats d’un sondage réalisé par l’institut Harris Interactive à la demande du quotidien «Le Parisien». Le sondage portait sur les intentions de vote pour le 1er tour de la présidentielle en 2012, c’est à dire bientôt demain, à peine 14 mois à attendre.

 

Pour les citoyens français, au soir du 5 mars 2011, les jeux étaient faits : La droite représentée par le président Sarkozy, actuellement en fonction, avait de fortes chances  d’être reconduit dans ses fonctions et de l’emporter, et ce pour plusieurs raisons :

 

1-    la prime au parti sortant : Sous la 5iéme République ce fut toujours le cas à une exception près, celle du Président Valery Giscard D’Estaing.

2-    La forte représentativité de ce parti à l’Assemblée Nationale où les Députés de l’UMP (union pour la majorité présidentielle) ont la majorité absolue.

3-    La Gauche représentée principalement par le PS (parti socialiste) qui a 14 mois de l’élection se cherche toujours un Chef. Il devrait, sans doute être connu, lors des primaires (première en la matière) qui se dérouleront en juin 2011. A ce moment là, nous ne serons plus qu’à 8 mois de l’élection présidentielle.

 

Mais voilà que le sondage bousculait les croyances et faisait émerger la représentante de l’extrême-droite, Marine Le Pen, présidente  depuis peu du FN (front national). Certes le sondeur indiquait un pourcentage d’erreur de 2 % dans son étude. Mais le score, si important, de 23% obtenu par Marine Le Pen, lui prédit déjà un rôle conséquent à cette élection. De surcroit elle laissait à 21%, les 2 autres candidats, Nicolas Sarkosy et Martine Aubry (actuellement secrétaire nationale du PS).

 

Toute la journée, les radios, la télévision sont revenues en boucle sur ces estimations. Aussitôt des voix se sont élevées pour mettre en cause la fiabilité de l’étude et pour dire que l’échantillon sondée n’était pas suffisamment représentatif, que l’on n’avait pas tenu compte de tous les principaux candidats potentiels, en particulier pour le PS, de Dominique Strauss-Kahn (actuellement président du FMI) et de François Hollande, ex secrétaire national sous Jospin.

 

Qu’à cela ne tienne, le surlendemain, un nouveau sondage était publié par le même institut Harris ! Et cette fois-ci avec des estimations encore plus catastrophiques pour le pouvoir en place puisque Martine Le Pen recueillerait 24 % des intentions de vote pour le 1er tour, devançant  Dominique Strauss-Kahn à 23% et Nicolas Sarkosy à 21 %. Donc comme au second tour (15 jours plus tard) ne peuvent se présenter que les 2  premiers candidats, Nicolas Sarkosy serait éliminé dès le 1er tour ! Ce serait donc sur la scène politique, un nouveau bis-repetita à l’envers des élections présidentielles de 2002, dans lesquelles le père de Marine, Jean-Marie Le Pen, avait supplanté au second tour,  Lionel Jospin, le candidat de la Gauche, mettant face à face, pour ce second tour des élections, Jacques Chirac Et Jean-Marie Le Pen. Mais en réaction à ceci une union sacrée des citoyens se forma contre la candidature du FN et Jacques Chirac fut élu avec un score digne des républiques bananières, à plus de 85 %. En fait il fallait bien se rendre à l’évidence, avec 15 % des votes on avait atteint là le pourcentage le plus bas obtenu par un candidat battu. D’ordinaire ce pourcentage évolue aux alentours de 45 %.

 

Les résultats du premier tour avaient surpris tous les électeurs ! Mais c’est le jeu de la démocratie ! Quand les citoyens n’accordent plus beaucoup de crédibilité à leurs politiciens, ils en viennent à déclencher des minis révolutions ou mini tsunamis sur le plan électoral. Le dernier exemple d’actualité nous est fourni par les évènements qui se sont récemment déroulés en Tunisie, en Egypte. Les politiciens devraient prendre en considération que le peuple donc les électeurs sont très au fait de la chose politique. On peut les berner pendant un certain temps, mais alors attention aux réveils, ils peuvent devenir très violents.

 

 En France et depuis 2002, la Gauche n’a plus été capable de se défaire de ce cataclysme politique. En 2002, l’effet de surprise avait bousculé les incrédules. Cette fois-ci le risque n’est plus virtuel ! En 2012, le tsunami risque de se répéter, mais pour cette fois-ci affecter la Droite.

 

Nous sommes arrivés au stade où chacun des 2 partis politiques (UMP et PS) se jettent mutuellement la responsabilité de l’évènement. Mais sauront-ils en tirer les conséquences qui s’imposent à ce coup de semonce ?

 

Pour le PS, le député Cambadélis, proche de Dominique Strauss-Kahn : « La France est troublée, inquiète et mécontente du bilan désastreux de Nicolas Sarkosy». C’est peut être vrai, mais alors comment expliquer que  dans ce cas, les électeurs ne font-ils pas confiance au candidat socialiste ?

 

Pour l’UMP, le Premier Ministre, François Fillon : «Le parti socialiste est responsable car depuis 4 ans, jour après jour, avec une extrême violence, il dénigre le président en employant des formules dont les plus récentes sont absolument «odieuses».

 

Il est un fait  certain, c’est que depuis les réformes sur les retraites menées en 2009, tambours battants, le président Nicolas Sarkosy est à son niveau de popularité le plus bas depuis 2007. Malheureusement, il semble que les débats suivants ne soient pas du goût des français : «Sur l’islam, sur l’identité nationale, sur la laïcité» à moins qu’il ne s’agisse là d’une stratégie voulue, à savoir celle de chasser sur les «Terres du Front National?».

 

Ce qui n’empêche Martine Aubry accusée de faire le «lit» et de nourrir le FN,  d’ajouter : «Mais qui nourrit le Front National ? Ceux qui passent leur temps à parler de la peur de ceux qui sont différents (allusion au phénomène d’immigration).Qui aujourd’hui fait que les hommes et des femmes se sentent humiliés, abandonnés, oubliés, si ce n’est la politique de Nicolas Sarkosy».

 

Que dit de tout cela la principale intéressée, Marine Le Pen : «A mon avis il y aura une surprise, je ne pars pas pour faire de la figuration (allusion à 2002) ni pour témoigner, je veux porter mon projet et appliquer les solutions qui sont celles du Front National. Une vague bleue Marine commencera peut être aux cantonales

(Allusion aux élections des conseillers généraux des départements qui se dérouleront en avril 2011) et d’ajouter comme pour une mise en garde : «Il ne se passera pas en 2012 ce qui s’est passé en 2002, les Français ont compris que la protection du système est la protection de certains ».

 

Et le Président Sarkozy ? Répondant aux journalistes qui l’interrogeaient mardi, il déclarait :

«Je fais de la politique depuis trente-cinq ans j’ai connu tous les mandats, avec des hauts et des bas, et puis j’y suis arrivé. C’est un long chemin, très long chemin, il faut du sang-froid ».

 

 




______________________________

Écrivez-nous: Questions, suggestions, commentaires? journal@lavoixdecartier.com
______________________________
Isidore Grao, La Voix De Cartier ©2011 Tous droits réservés.
Le contenu du site web (« le site web et le journal »), incluant les textes, les graphiques et le code source (« le matériel »), est protégé par des lois Française et étrangères sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle.