LA RONDE DES PATISSERIES

 

Description: i Love Peres:Users:iLovePeres:Desktop:2013-11-13:dominiqueperes.jpg

 

 

 

 

Isidore Grao

Le, 11 novembre 2013

Interview de Mme Dominique Pérès

www.lavoixdecartier.com

 

 

 

 

IG : Trois ans après avoir été admise à la retraite, vous envisagez une reconversion vers l’artisanat en matière de confection de pâtisserie. Pourquoi cette reconversion ?

                                       

DP : J’ai toujours aimé faire de la pâtisserie. Et les personnes qui goutaient à mes gâteaux ou autres me disaient toujours qu’il serait bon de faire partager ce petit bonheur en bouche à plus grand monde.

 

IG : Donc à la retraite, l’oisiveté vous gênait ?

 

DP : L’oisiveté c’est un mot que je ne connais pas car ma passion de créer des pâtisseries était plus forte que tout.

Et je m’y suis mise pour le plus grand bonheur de ma famille et de mes amis qui à leur tour ont fait partager à

d’autres ces douceurs et ainsi de suite s’est créée la ronde des pâtisseries.

 

IG : Vous avez quitté le MESS (Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec-Canada) en 2010 après

30 ans de loyaux et fidèles services. Comment avez-vous ressenti cette rupture d’avec votre emploi ?

 

DP : Sur le fond, j’ai beaucoup aimé mon travail et surtout lorsque j’appartenais jusqu’au 1 avril 1998 à la DRHC (Direction des Ressources Humaines du Canada) car il s’agissait d’aider l’humain dans sa misère au travers de son travail et de sa formation qui devait aboutir à obtenir un emploi. J’ai donc sillonné différentes écoles et CEGEP, organismes communautaires sur l’Ile de Montréal. J’apportais aide, soutien et information tant aux clients-élèves qu’aux Directeurs d’établissements. Je baignais ainsi  successivement dans différents secteurs d’activités professionnels : médical, informatique, cuisine, aérospatial, mise à niveau Québécois des diplômes obtenus à l’étranger, etc. 

Mais, après le 1er avril 1998, lors de mon transfert d’office au Québec, j’avoue que sur la forme j’ai été très mal

traitée et ce d’une maniéré injuste dans ma carrière.

Donc mon emploi m’a apporté beaucoup de satisfactions professionnelles et humaines mais aussi beaucoup d’amertume sur mes déconvenues suite au transfert de l’emploi et de la formation de la DRHC Canada au Québec

le 1 avril 1998.

 

IG : Regrettez-vous d’avoir quitté la France en 1975 pour le Canada ? Qu’attendiez-vous de cette immigration ?

 

DP : Je ne regrette pas mon départ de la France pour le Canada en 1975 car j’avais une image positive de ce pays : hospitalité, convivialité, pacifique et rejetant le conflit, Un peu l’esprit pionnier. Donc mon comportement en

arrivant dans la province de Québec au Canada, fut de chercher à m’intégrer en douceur dans les us et coutumes de

ce nouveau pays.

Très vite, un mois après mon arrivée, j’ai été sélectionnée à un concours pour le poste de Directeur Général de la Chambre de Commerce à RAWDON, dans la région de Lanaudière dans la province de Québec, Canada.

 

IG : Après ce tour d’horizon passe maintenant si vous le voulez bien à votre nouveau violon d’Ingres, la pâtisserie. Quelle est l’adresse de votre site Internet  sur lequel on peut découvrir l’éventail de vos produits ?

 

DP : Voici l’adresse :  www.wegotdough.com,

 

Où tout un panel de pâtisserie vous est proposé et à partir de laquelle les commandes éventuelles peuvent être

passées.

 

IG : En fait qu’ont-elles de particuliers ces pâtisseries ?

 

DP : Il s’agit d’une pâtisserie dont les recettes ont été transmises de génération en génération. Pour mon cas

personnel, je les tiens de ma grand-mère maternelle. Donc une pâtisserie familiale et artisanale uniquement élaborée avec des produits frais et sans aucun additif. Différentes saveurs  méditerranéennes se retrouvent dans leur confection par exemple : du zeste de citron en passant par le thym et le romarin, etc.

 

Description: i Love Peres:Users:iLovePeres:Desktop:2013-11-13:pastries-mixed-brioche.jpg