Une clôture somptueuse... en ce morose mois de mai Cannes est terminé. Vive Cannes!


Description: iLovePeres:Desktop:LaVoixDeCartier Site web:new site:Page 1:Articles & photos:2010-05-23 Article Une clôture somptueuse en ce morose mois de mai Cannes est termine, vive Cannes Photo 1 Xavier Dolan.jpg

 

Isidore Grao

Canne, le dimanche 23 mai 2010 (avec la revue des médias)

 

 

La Palme d'or décernée à :

"Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures"
du Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul.

Dans un palmarès surprenant qui vient déjouer les pronostics, la Palme d'or est allée au film Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, du Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul.

 

Xavier Dolan, ce jeune cinéaste québécois de 21 ans, a reçu le prix "Regards jeunes", remis par un jury de jeunes cinéphiles français, dans la section Un certain regard, pour Les amours imaginaires.

L'an dernier, il remportait trois prix à la Quinzaine des réalisateurs, pour "J'ai tué ma mère". Ce film connaît une distribution mondiale en récoltant une brochette de prix.

 

C'est Claude Denis, présidente du jury qui remettait les principaux prix de cette sélection. Voilà que le prix Un certain regard est attribué à Hong Sangsoo pour Hahaha; le prix du jury, à Octobre (Octobre) de Daniel et Diego Vega. Puis, le prix d'interprétation est gagné par les trois actrices du film Los Labios (Les lèvres), Adela Sanchez, Eva Bianco et Victoria Raposo.

 

En cette 63e édition du Festival de Cannes, le lauréat de 39 ans de la Palme d'or, le Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, a déclaré : « Cette Palme est très importante pour la Thaïlande et les Thaïlandais ».

Il a poursuivi en remerciant les esprits et les fantômes en Thaïlande qui lui avaient permis d'être là, et ses parents qui l'avaient emmené dans une petite salle de cinéma il y a 30 ans.

Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures raconte l'histoire d'un vieil homme atteint d'insuffisance rénale aiguë. Il dialogue avec les fantômes de sa femme et de son fils, décédés depuis des années, dans une forêt où les âmes migrent des hommes aux plantes et aux animaux.

Le Grand prix, deuxième récompense après la Palme d'or, a été remis au film Des hommes et des dieux du Français Xavier Beauvois.

 

Ce dernier, en recevant son prix, a décrit son expérience de tournage comme un « moment de grâce » et a salué la mémoire des huit moines chrétiens du monastère de Tibhirine, dont il dépeint les derniers jours dans son film.

 

Le réalisateur et acteur Mathieu Amalric a, pour sa part, remporté le Prix de la mise en scène pour Tournée.

Après l'annonce, le lauréat a déclaré : « C'est très émouvant pour moi, j'ai l'impression de rentrer à la maison. [Il appelle ses actrices] J'ai besoin de vous pour vivre ce moment. La mise en scène, c'était elles. Merci énormément ».

 

Et l'actrice Juliette Binoche reçoit le Prix de l'interprétation féminine, pour son rôle dans Copie conforme de l'Iranien Abbas Kiarostami.

 

Indépendamment des qualités de réalisateur de Kiarostami qui avait remporté la Palme d'or ex aequo en 1997 avec Le goût de la cerise, on est en droit de se demander si c'est une façon de rappeler que le réalisateur Jafar Pahani est toujours emprisonné par les autorités iraniennes et qu'il a entamé une grève de la faim.

D'ailleurs, l'actrice de 46 ans a déclaré : « Quelle joie, quel honneur de travailler avec vous, Abbas! ». Puis, elle a brandi un petit écriteau avec le nom du cinéaste iranien Jafar Panahi, invité à rejoindre le jury du festival.

Il est parmi nous en pensée. J'espère qu'il sera là l'année prochaine, physiquement.

L'actrice Diane Kruger a remis deux Prix d'interprétation masculine : l'un à l'Espagnol Javier Bardem, 41 ans, pour Biutiful du Mexicain Alejandro Gonzalez, et l'autre à l'Italien Elio Germano, 29 ans, pour La Nostra Vita de l'Italien Daniele Luchetti.

 Chaque acteur campe un père qui élève seul ses enfants, dans une société corrompue. Le premier, joué par Javier Bardem, emploie des travailleurs clandestins dans un atelier de confection. Le second, interprété par Elio Germano, les exploite sur un chantier de construction.

Dans un premier temps, Javier Bardem s'est exprimé en anglais pour remercier son réalisateur.

Ce prix est une reconnaissance pour mon travail, qui n'aurait jamais existé sans le film extraordinaire réalisé par Alejandro Inarritu.

Dans un second temps, il est revenu à sa langue maternelle pour dire : « Je partage cette joie avec ma compagne, mon amour, Pénélope que j'aime tant et à qui je dois tant de choses : je t'adore! » Il s'adressait à l'actrice Penelope Cruz assise dans la salle.


Quant à Elio Germano, il a aussi remercié son réalisateur ainsi que « l'Italie et les Italiens qui se battent pour faire de l'Italie un pays meilleur, malgré la classe dirigeante ».

Après 13 ans d'absence en compétition au festival, l'Afrique s'est démarquée en cette 63e édition. Le réalisateur tchadien Mahamat-Saleh Haroun a obtenu le Prix du Jury pour son film Un homme qui crie n'est pas un ours qui danse. Il s'agissait de la première participation au festival pour le Tchad.

Le réalisateur a déclaré : « Je viens d'un pays où il n'existe pas grand-chose. Dans ce contexte désertique, j'ai appris qu'il fallait faire les films comme l'on mijote des petits plats aux gens que l'on aime ».

Le Prix du scénario a été décerné à Poetry, du cinéaste sud-coréen Lee Chang-dong.

Le réalisateur mexicain Michael Row repart avec la Caméra d'or du meilleur premier film pour Année bissextile. Cette histoire d'amour sadomasochiste été présentée à la Quinzaine des réalisateurs.

Reconnaissons d'emblée que Tim Burton, président du jury, nous a agréablement surpris, en ne distinguant que les rares oeuvres audacieuces présentées en ce morose mois de mai.

 

Exit l'académisme ronronnant de Mike Leigh et Bertrand Tavernier, rien pour la mise en scène tire-larme et putassière de Alejandro González Iñárritu, un temps annoncés comme favoris.

 

 




______________________________

Écrivez-nous: Questions, suggestions, commentaires? journal@lavoixdecartier.com
______________________________
Isidore Grao, La Voix De Cartier ©2011 Tous droits réservés.
Le contenu du site web (« le site web et le journal »), incluant les textes, les graphiques et le code source (« le matériel »), est protégé par des lois Française et étrangères sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle.