Dolan fascine la critique et le public

 

Description: iLovePeres:Desktop:LaVoixDeCartier Site web:new site:Page 1:Articles & photos:2010-05-15 Article Dolan fascine la critique et le public Photo 4.jpg

 


Isidore Grao

 

Cannes, le samedi 15 mai 2010

 

 

"Il est fascinant! Vive le cinéma québécois! Quelle sensibilité. Un film adorable", s'exclament des Français  enthousiasmés, tout juste sortis de la projection des Amours imaginaires, le deuxième film du jeune cinéaste québécois Xavier Dolan, en sélection officielle dans la section "Un certain regard" au Festival de Cannes 2010.

 

La critique se fait aussi élogieuse.

Ému sous la pression des journalistes qui tendent leur microphones vers lui, Xavier Dolan dit à son tour avoir l'impression de "jouer dans une cour plus adulte", lui qui, l'an passé s'est imposé en remportant trois prix pour son tout premier long métrage J'ai tué ma mère, projeté à la Quinzaine des réalisateurs.

Tout un exploit acclamé par la presse française et étrangère. Ce premier film s'est mis par la suite à récolter une brochette de prix à travers d'autres festivals à travers le monde. 

 

Séducteur fébrile en voyant son nom en lice inscrit sur l'immense affiche lumineuse tout juste après Woody Allen, le jeune prodige québécois de 21 ans a le cœur bondissant.

Un moment de consécration, lui que Téléfilm Canada avait, dans sa belle laideur, tout fait pour décourager le québécois, lui ayant refusé la subvention réclamée, sauf que du côté de Québec, la SODEC, in extremis, lui refila quelques sous en misant sur cet inconnu, l'an dernier. 

Cheveux en broussaille, Xavier Dolan, créateur dans l'âme, dût y mettre toutes ses économies et emprunter à la limite à des amis pour sortir à temps son premier long métrage de quelque 700 000 dollars. Budget minceur qui s'est couvert de gloire à Cannes en 2009.

 

Encore cette année, ce sont des fonds privés (des gens d'affaires) qui viennent à la rescousse du jeune auteur-réalisateur-scénariste-comédien et cinéaste. 

 

Et pourquoi? Les subventions gouvernementales prennent trop de temps à décrocher.

Les bureaucrates se traînent-ils les pieds?  Même si Xavier Dolan a fait ses preuves avec brio, Téléfilm Canada (organisme fédéral anglophone ferme les yeux, reste insensible à ce prodige québécois. 

 

S'il s'agissait d'un prodige anglophone ? Après tout, le Canada est un pays anglophone multi-etchnique, véritable melting pot anglo-américain. Le Québec, province française rebelle, cet État-nation d'Amérique n'a pas la sympathie d'Ottawa.   

Puisque Cannes est un passage obligé du septième art, le plus médiatisé des festivals de film, la présence de Dolan est annonciatrice d'avenir.

 

Petite contrariété qui indigne Dolan sur-le-champ: le festival LGBT (gay, lesbienne, bi ou trans) a repéré son film Les amours imaginaires pour l'obtention de la "Queer Palm".

 

"Vous savez, je n'ai pas tourné un film gay. Mon histoire relate la rivalité entre deux amis, un gars et une fille qui désirent la même personne. Voilà."

 

Description: iLovePeres:Desktop:LaVoixDeCartier Site web:new site:Page 1:Articles & photos:2010-05-15 Article Dolan fascine la critique et le public Photo 1.jpg


Description: iLovePeres:Desktop:LaVoixDeCartier Site web:new site:Page 1:Articles & photos:2010-05-15 Article Dolan fascine la critique et le public Photo 2.jpg

 

Description: iLovePeres:Desktop:LaVoixDeCartier Site web:new site:Page 1:Articles & photos:2010-05-15 Article Dolan fascine la critique et le public Photo 3.jpg

 




______________________________

Écrivez-nous: Questions, suggestions, commentaires? journal@lavoixdecartier.com
______________________________
Isidore Grao, La Voix De Cartier ©2011 Tous droits réservés.
Le contenu du site web (« le site web et le journal »), incluant les textes, les graphiques et le code source (« le matériel »), est protégé par des lois Française et étrangères sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle.