«Si vous n'êtes pas riche et puissant au Québec, n'espérez aucune compassion» 

 

Mélodie en sous-sol politique 

 
Description: iLovePeres:Desktop:LaVoixDeCartier Site web:new site:Page 1:Articles & photos:2010-05-13 Article si vous n'etes pas riche et puissant au Québec n'esperez aucune compassion Photo 1 Gerard Deltell ADQ.jpgDescription: iLovePeres:Desktop:LaVoixDeCartier Site web:new site:Page 1:Articles & photos:2010-05-13 Article si vous n'etes pas riche et puissant au Québec n'esperez aucune compassion Photo 3 Jacques Dupuis Ministre.jpg


Description: iLovePeres:Desktop:LaVoixDeCartier Site web:new site:Page 1:Articles & photos:2010-05-13 Article si vous n'etes pas riche et puissant au Québec n'esperez aucune compassion Photo 2.jpg


Dominique Pérès

Analyse

 

Montréal, le 13 mai 2010

 

Collaboration spéciale
Journal Québec Presse

 

S’il est une expression qui fait sourire par son incongruité lorsqu’on l’entend pour la première fois, c’est bien celle–ci : « les bras m’en sont tombés» !

Comme si l’on pouvait recoller des bras sectionnés !

Et pourtant, moi je peux dire que j’ai ri « jaune », en lisant sur Cyberpresse le 12 mai 2010, l’article du journaliste Denis Lessard sur l’autorisation de port d’armes temporaire qu’aurait accordée la Sûreté du Québec, au patron de BCIA.

Le ministre libéral Dupuis se contredit !

Cette autorisation aurait été obtenue après plusieurs interventions du cabinet du Ministre Jacques Dupuis; alors qu’un cadre de la Sûreté du Québec déclare:

« Nous sommes toujours en attente de copies de contrats de transports de valeurs, justifiant les demandes d’autorisation s de port formulées par les employés de Centurion. »

Voici donc les faits !

Avez-vous déjà essayé d’obtenir quelque chose d’un service administratif sans avoir auparavant présenté un dossier complet ?

 

N’avez-vous jamais été agacé de voir retourner un dossier que vous aviez eu des migraines à constituer, au motif qu’une photocopie d’un document n’était pas suffisamment lisible ?

Si c’est le cas, c’est que comme moi vous ne faites pas partie ni des riches et ni des puissants du Québec !

Ici au cas particulier, on ne remplit pas un dossier, de surcroit très délicat à gérer (le port d’armes !) car le temps du far-West est révolu depuis bientôt deux siècles !

Obtenir un passe-droit

Et pour faire flancher les fonctionnaires (ah ! ces fonctionnaires incompétents  selon un chef de parti politique québécois !) récalcitrants à vous obéir; on appelle directement le Ministre ou /et son cabinet pour obtenir un passe-droit.

Et comme le solliciteur sait se montrer généreux, on se presse pour lui donner satisfaction ! 

«Ah ! Démocratie Québécoise, combien tu dois souffrir »

Mais le pire n’est pas là ! À la question de l’adéquiste Gérard Deltell (photo) sur l’existence d’un contrat de 1,6 million $ confié par son propre ministère à BCIA pour la surveillance des détenus, le Ministre Dupuis aurait répondu: « Je ne me mêle pas des contrats. Je n’avais aucune idée des contrats octroyés à BCIA ».

Sic !!

Un contrat d’un tel montant est inconnu du Ministre ?

À partir de quel montant le Ministre s’intéresse-t-il aux contrats passés par son ministère ? Et s’il ne s’intéresse pas aux contrats, à quoi s’intéresse-t-il, alors?  

Attendez que je recolle mes bras pour vous rappeler le cas d’une pauvre Québécoise, ni riche, ni puissante, qui a souffert de l’injustice ministérielle.

Pourtant son dossier était complet, il reposait sur des textes officiels signés par des Gouvernements  dont les signataires n’ont eu qu’une seule urgence, celle de ne pas honorer leur signature.

Ne pas s’impliquer dans le fond de l’affaire !

Quand cette petite Québécoise a écrit respectueusement à son Ministre pour lui demander qu’un nouvel examen soit apporté à son cas, on a utilisé une expression sportive, celle de » botter en touche » (c’est-à-dire ne pas s’impliquer dans le fond de l’affaire !) en affirmant que s’agissant de son cas, la loi sur la fonction publique avait fait l’objet d’un exercice correct !

 

D’accord, mais le problème en l’occurrence, c’est que dans son cas la loi sur la fonction publique ne s’applique pas, mais plutôt celle de l’Entente Canada-Québec !!

Et là vous aurez tout compris et qu’en particulier je suis la malheureuse héroïne des dossiers-chocs que vient de diffuser le «Journal Québec Presse».




______________________________

Écrivez-nous: Questions, suggestions, commentaires? journal@lavoixdecartier.com
______________________________
Isidore Grao, La Voix De Cartier ©2011 Tous droits réservés.
Le contenu du site web (« le site web et le journal »), incluant les textes, les graphiques et le code source (« le matériel »), est protégé par des lois Française et étrangères sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle.