Dossier choc : 1

                                         

JEAN CHAREST APPELÉ À LA RESCOUSSE

 


Une fin de carrière tragique pour Dominique Pérès

 

Le scandale des « PM-2 »  ex-fédéraux


Description: iLovePeres:Desktop:LaVoixDeCartier Site web:new site:Page 1:Articles & photos:2010-03-18 Article Dossier choc 1Jean Charest appele a la rescousse Photo 3.jpg

Participation spéciale de :


Michel Cloutier
Journaliste d’investigation
Journal Québec Presse
 

Le jeudi 18 mars 2010


Montréal, Québec : Tous les torts se réparent.

Voilà qu’après trente longues années consacrées dans la gestion du marché du travail, Dominique Pérès connaît une fin de carrière
tragique. 

Dans son désarroi, elle appelle le premier ministre Jean Charest à sa rescousse pour qu’il intervienne afin de dénouer l’impasse qui perdure.

"Je vais solliciter une rencontre avec lui. Il est ma bouée de sauvetage, j'ai  confiance en lui. C'est un chef d'État intègre", estime la
Montréalaise.  

 

Dans les faits, Mme Pérès, cette ex-PM-2 fédérale, va percevoir de par son niveau de technicienne, une maigre et ridicule pension de 711 dollars par mois, alors qu’elle devrait avoir près du double si elle était restée professionnelle  au Québec, comme elle l’était au Fédéral avant le 1er avril 1998.

 

Perte de 150 000$ en 12 ans

Déjà en 12 ans, de 1998 à  juillet 2010, elle a perdu (où on lui a pris !) près de 150 000 dollars. C’est qu’elle a toujours occupée au Québec des fonctions de professionnelle à titre d’intérimaire donc avec 5 % de plus de paie, donc une professionnelle au rabais ! Mais en plus, ces 5 % ne comptent pas pour la
retraite. 

Mme Pérès évoluait donc au Fédéral, dans un corps de métier dont le Québec n’avait pas de correspondance professionnelle. Voilà toute l’affaire qui tourne en imbroglio juridico-syndical à Emploi
Québec.

 

Son cas, manifestement scandaleux, mérite une justice corrective. Il semble que personne ne veuille se mouiller. Tout le monde comprend que c’est une affaire politique. C’est ce que constate, noir sur blanc, l’enquête assez poussée que vient de mener le Journal Québec Presse www.journalquebecpresse.org sur cet interminable dossier des «ex-PM-2 » fédéraux. Le dossier prend les allures d'une saga.

 

« Je souhaite que la politique me rende ma considération. J’ai été volée dans des conditions pas très claires ! Je m’en remets entièrement au premier ministre qui aura à mon égard, j’en suis certaine, un supplément d’âme pour régler mon cas », dit encore Dominique Pérès.

 

Imbroglio juridico-syndical à Emploi Québec

L’enquête journalistique de Québec Presse révèle qu’au départ, en 1996, le Gouvernement fédéral décidait de transférer aux provinces la gestion du marché  du travail.
Toutes les provinces concernées sont d’accord et des ententes officielles sont signées entre les divers gouvernements.


Toutes les ententes précisent que le transfert des fonctionnaires devra se faire «  à équivalence de fonctions principales et de rémunération ».
 
Dans toutes les provinces hormis le Québec, toutes les équivalences sont respectées ! Pourquoi uniquement le Québec ? Certes de toutes les provinces avec 1084 fonctionnaires c’est le Québec qui a le plus de fonctionnaires à transférer ! (l’Ontario, en seconde place n’a 1010 fonctionnaires). Mais l’importance numérique de ce chiffre est toute relative, car les mêmes fonctionnaires traiteront du même nombre de dossiers
au Québec.

 

Mais une chose est certaine, c’est que le Québec n’avait pas l’intention de respecter son engagement (chose reconnue par l’ancien premier ministre Parizeau, le 20 novembre 2009).

En effet, sur les 1084 employés concernés par ce transfert à la date du premier avril 1998, seuls 543 d’entre eux, donc la moitié, se verront offrir une équivalence de poste en décembre 1997. La seconde moitié obtiendra des postes de moindre niveau professionnel.

 

D’évidence, le Québec qui ignore les théories économiques keynésiennes, veut toujours prôner, et encore aujourd’hui, un équilibre budgétaire. Il ne  peut, faute de moyens financiers, assurer l’intégralité des équivalences !

Le Gouvernement Québécois, Péquiste de l’époque, ne peut, non plus, ne pas signer les ententes, ce serait reconnaître qu’il n’est pas en mesure d’assurer la Souveraineté tant réclamée !

 
Une forte contestation s’élève alors ! Certains journaux s’emparent de l’affaire. Tant et si bien que Mme Louise Harel, Ministre d’État, en charge du Ministère, propose la tenue d’un comité paritaire.

On va essayer d’habiller juridiquement des incompétences gouvernementales. Mais là encore on s’apercevra bien vite qu’il ne s’agit que d’un simulacre de comité. (Mais très astucieux!)  En effet les décisions de ce comité  sont entachées
d’illégalité :
 

 


Dans cette affaire le rôle du syndicat SFPQ reste des plus ambiguë. Au plus fort de la «mêlée», son Président général, Serge Roy, assure les fonctionnaires lésés de son soutien, puis sa position évolue dans le temps. Pour finalement se retrouver Juge et partie.

De source officieuse, nous savons que le Ministère s’est rapproché de lui, en 2008, pour tenter une négociation de régularisation, mais s’est heurté à une fin de non-recevoir.

En effet ce SFPQ  se saurait trop engagé auprès des 500 techniciens en poste au Québec à ceux qui réclamaient les mêmes avantages. Mais s'il s’agit de faire reconnaître leurs droits, pour  ces derniers, ce  serait une promotion abusive.

Conclusions: Jean Charest va-t-il répondre positivement à la supplication de Dominique Pérès? La suite de la saga nous le dira.

Ceci n'est que la partie émergée de l'iceberg, soit dix pour cent de cette saga. Le reste, soit les 90 pour cent, vous seront contés dans les épisodes suivants.




______________________________

Écrivez-nous: Questions, suggestions, commentaires? journal@lavoixdecartier.com
______________________________
Isidore Grao, La Voix De Cartier ©2011 Tous droits réservés.
Le contenu du site web (« le site web et le journal »), incluant les textes, les graphiques et le code source (« le matériel »), est protégé par des lois Française et étrangères sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle.